L’Avenir Français en Occitanie

Il est coordinateur de l’Avenir Français pour l’Occitanie et membre du bureau national, nous avons rencontré Michel COLAS.

 

Bonjour, apparemment, vous n’êtes pas un inconnu en Occitanie mais on vous connaissait plutôt sous l’étiquette de Debout la France non ?

Effectivement, pendant plus de 10 ans, j’ai suivi Nicolas Dupont Aignan. J’ai exercé les fonctions de secrétaire départemental de l’Hérault pendant plusieurs années, j’ai également été membre du bureau national, candidat aux législatives, régionales et sénatoriales pour Debout la France, un mouvement que j’ai quitté au printemps dernier.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’Avenir Français qui, me semble-t-il, est nouveau dans le paysage politique national

« l’Avenir Français » est né en début d’année sous l’impulsion de plus de 120 cadres de Debout la France, (nationaux et départementaux) démissionnaires. Après qu’ils aient pris acte du nouveau refus de Nicolas Dupont Aignan de faire les alliances nécessaires pour faire gagner le camp des patriotes. Voyant que” l’entre soit” resterait de mise à DLF, ils ont pris la décision de faire sécession et de créer l’Avenir Français.

 Outre la volonté d’ouverture comme vous dites, quelles sont les différences majeures avec Debout la France ?

Sur le programme lui-même, peu de différence. En effet, nos convictions sur le gaullisme sont restées les même. Nous ne renions pas ses valeurs ni un programme que nous avons contribué à réaliser au long de nos années à DLF. Mais un gaullisme, qui reprend ces valeurs essentielles, dépoussiéré et tourné vers l’avenir. Un gaullisme moderne adapté à notre temps et capable de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

 Concrètement, comment procédez-vous ?

Tout d’abord, nous avons été confrontés à une échéance qui est venue très rapidement :  les élections régionales.

En accord avec notre volonté d’ouverture, nous avons rejoint les listes du rassemblement National et comptons maintenant 14 élus « l’Avenir Français ».  Nous travaillons activement à la campagne de Marine Le Pen pour la présidentielle. (Plusieurs cadres et élus l’Avenir Français travaillent même au sein du staff de campagne). Sur le terrain nos militants vont travailler de concert avec ceux du Rassemblement National.

 Vous êtes un parti jeune, où en est votre implantation sur le terrain.

Si la priorité a été les élections passées, nous avons commencé la mise en place des structures locales. Pour ma part, en charge de l’Occitanie, j’ai organisé une première réunion il y a peu sur l’Hérault ; Le but, faire connaitre notre mouvement et mettre en place les responsables locaux.

Plusieurs réunions, entre autres dans l’Aude et le Gard sont en train d’être programmées.

Enfin, je tiens à préciser pour terminer, que l’Avenir Français est totalement indépendant structurellement et financièrement de tout autre parti. Il se veut simplement le précurseur d’une vraie union des droites, ou le respect de chacun et compatible avec l’intérêt de tous

 

Propos recueillis par C.M