Le catholicisme “non grata” dans la France médiatique?

 

La priorité des chaines d’infos en continu……

Un restaurant “La Rotonde” brûle…. et cela fait l’objet de moult reportages car un candidat, devenu président de la République,  y a fêté sa présence au second tour de la présidentielle.

 

Et nos églises qui brûlent et sont vandalisés depuis des mois?. Combien de reportages sur le sujet ?. Peu, trop peu, pas suffisamment en tout cas pour que les investigations sur ces actes aboutissent, le plus souvent, à l’identification des auteurs…euh …

 

Volonté délibérée de minimiser les faits ?. Alors que dans le même temps,  sur la radio publique “France Inter”, la chanson “Jésus est pédé” interprétée par un ( soit disant) humoriste Frédéric Fromet a fait l’objet de peu d’attention de la part des chaines TV dans un premier temps. Il a fallu attendre pour qu’elles se réveillent,  que les réseaux sociaux s’en mêlent.

 

Imaginons un instant (ce que je ne souhaite pas évidemment) qu’une mosquée ou synagogue brûle… Il serait tout à fait normal que les faits soient relayés certes, mais je suis persuadé qu’on assisterait à un déferlement médiatique avec des “chroniqueurs maison” supputant,  avant même le début de l’enquête, qu’il faut regarder en direction de l’extrême droite.

Alors, deux poids deux mesures ?  La religion catholique est elle devenue ” non grata” dans la France médiatique?.

Lorsqu’on, voit les polémiques sur les calvaires qui doivent être démontés, les églises qui sont démolies faute de moyens pour leurs entretiens ou restauration et le peu d”écho qu’il en est fait:  on peut légitimement se poser la question. Surtout que dans le même temps, on médiatise la présence contestée de crèches dans les mairies.

La seule solution ?

En annonçant sa candidature à la présidentielle dès maintenant, Marine Le Pen, ne chercherait elle pas à couper l’herbe sous le pied à une certaine Marion auprès de son électorat ?… Mais au delà ne veut elle pas également se positionner en seule opposante crédible à Emmanuel Macron en occupant le terrain de bonne heure, faisant ainsi un clin d’œil à certains LFI en perte de repère ?..
Malheureusement pour elle, SEULE, elle n’est pas crédible car si le RN, incontournable, représente un très gros potentiel de voix, ce ne sera pas suffisant, une fois de plus en 2022 et elle fera ainsi le jeu d’ Emmanuel Macron.
Seule, une union des patriotes forte pourra inverser la machine infernale. Mais attention si les “unions des droites” (que je soutiens) pour les municipales à venir sont nécessaires et ont des fortes chances de réussite, il ne pourra en être de même pour les présidentielles où le “plafond de verre résistera” si MLP la mène.
Je parle donc d’Union des Patriotes, au delà de la gauche et de la droite avec, non pas, un leader auto-programmé mais celle ou celui qui sera au moment opportun, reconnu. Tout le reste n’est que gesticulation.
Travaillons donc en premier à une vraie union, le reste suivra.

Michel COLAS

Des hôpitaux psychiatriques aux Kerguelen ?  

Alors qu’on a commémoré hier les 5 ans de l‘attaque terroriste islamiste perpétrée contre le journal satirique Charlie Hebdo, que les agressions meurtrières aux couteaux se multiplient, des voix s’élèvent comme celle de Nicole Belloubet pour dire que les auteurs sont des déséquilibrés, irresponsables pénalement .

Alors, œuvre de déséquilibrés ou d’islamistes radicaux ? J’aurais tendance à dire: « Les deux mon colonel ! »:

Pourquoi ?

Entre nous, ne pensez-vous pas que de vouloir tuer des anonymes en criant “Dieu est grand” ne relève pas plus de la psychiatrie que d’une quelconque action rationnelle?

Donc, de là à considérer tous les islamistes radicaux passant à l’acte comme des dérangés…. Mais je ne suis ni théologien ni psychiatre. …

 

Mais dans les deux cas, que faire d’eux.

  • S’ils sont considérés comme responsables, une fois jugés, la dangerosité de leur acte devrait nous inciter à revoir la loi française pour ne pas les garder sur notre territoire pour purger leurs peines. Charles Pasqua, en 2015 avait émis l’idée de recréer les travaux forcés, loin de la métropole. Trois ans plus tard, Nicolas Dupont Aignan reprenait l’idée avec la proposition d’un “bagne démocratique” aux Kerguelen. Le bagne étant une mesure inscrite dans le Code pénal de 1791 mais abolie par l’ordonnance du 4 juin 1960, une modification de notre législation s’impose.
  • S’ils sont reconnus comme irresponsables, à l’heure actuelle, ils ne peuvent être jugés. Comme l’a déclaré Nicole Belloubet : “Nous sommes dans un Etat de droit et dans cet Etat de droit, on ne juge pas les personnes, qui sont irresponsables pénalement“. Donc à moins de revoir notre législation, on restera sur les ordonnances de non-lieu pour irresponsabilité pénale et les hospitalisations d’office.

Irresponsabilité ou pas, on se rend compte que les lois françaises doivent évoluer. Encore faut-il une volonté politique dans ce sens qui n’est pas malheureusement pas à l’ordre du jour.

En attendant, j’aurai une suggestion, et si l’on créait des hôpitaux psychiatriques aux Kerguelen ?

Publié également sur Boulevard Voltaire