Stéphanie Gibaud , lanceuse d’alerte

 

Qui est Stéphanie Gibaud , lanceuse d’alerte ?

.En poste chez UBS France à Paris, elle a joué un rôle décisif en dénonçant les pratiques d’évasion fiscale et de blanchiment de fraude fiscale en bande organisée d’UBS AG (Suisse) avec la complicité d’UBS France. Ses informations ont largement contribué à identifier pour le compte du ministère des Finances français 38 000 comptes offshore qui représentent 12 milliards d’euros. ( wikipédia)

Heureux de l’accueillir ici à l’occasion de son intervention à Bruxelles:

 

Stéphanie Gibaud

Invitée par l’Eurodéputé grec Stelios Kouloglou à prendre la parole à l’occasion de la diffusion d’un documentaire sur les trois lanceurs d’alerte de l’affaire Novartis, je vous joins la traduction française de ma prise de parole. Sont nommés beaucoup de personnalités politiques ainsi que des lanceurs d’alerte français et étrangers parmi lesquels Rudolf Elmer Françoise Nicolas Enrico Ceci Yasmine Motarjemi ou encore Rui Pinto. J’ai bien évidemment profité de l’occasion pour parler de la situation de Julian Assange dont on venait d’apprendre la fermeture des poursuites en Suède.

Voici mon texte :

Discours Bruxelles – 19 novembre 2019

Merci Stelios (EuroDeputé grec Stelios Kouloglou) de votre invitation à Bruxelles ce soir, je vous remercie particulièrement parce-que les Eurodéputés français ne m’invitent jamais – probablement parce-que ce que j’ai à dire est gênant pour eux, vous comprendrez tous pourquoi en m’écoutant.

Merci à vous tous d’avoir assisté à la projection de ce documentaire. Comme vous avez pu le constater, le sujet est politique. Beaucoup de détails concernant le dossier Novartis m’ont rappelé mon propre dossier avec la banque suisse UBS.

Je profite de ma prise de parole pour remercier par ailleurs votre groupe politique GUE/NGL d’avoir organisé le 14 novembre un événement intitulé “Journalism is not a crime – The Assange Extradition”. Julian risque de mourir en prison. En tant que citoyenne française, je reconnais que l’image du pays des droits de l’homme a été affaiblie à chaque fois que l’asile politique demandé par Julian a été refusé. Le fait qu’aucun Eurodéputé français n’ait assisté à cet “Evénement Assange” la semaine dernière contribue à la mauvaise image de mon pays.

Le journalisme n’est pas un crime ni le lancement d’alerte. Quand on publie des informations, on fait son travail de journaliste. Lorsque l’on lance l’alerte sur des dysfonctionnements, des informations cachées illégales, illicites, de l’évasion fiscale, de la corruption etc., on se lève pour l’intérêt général, le bien commun et pour plus de transparence.

Non seulement des personnes comme moi ont lancé l’alerte, mais nous avons aidé nos administrations à découvrir, à comprendre, à décrypter des informations et des pratiques cachées. Avec cette expérience de 12 années sur le sujet, je peux affirmer que les Etats-Unis ont compris bien avant l’Europe que protéger et rétribuer les lanceurs d’alerte – qu’ils soient américains ou étrangers – EST LA MEILLEURE FACON DE LUTTER CONTRE LA CORRUPTION : cela rapporte des milliards de US$ dans les coffres de l’Etat américain.

L’Allemagne paye ses informateurs même si ils ont fait de la prison (j’ai rencontré l’un deux).
La France quant à elle a une position très claire : tant qu’elle peut abuser de ses citoyens gratuitement, elle le fait ; ce qui signifie que si l’Etat français ne respecte pas la loi, c’est tant mieux. Les conséquences de ces actes atteint un niveau de cruauté que personne ne pourrait souhaiter à son pire ennemi. Comme les multinationales sont plus puissantes que nos Etats, la carrière du lanceur d’alerte s’arrête dès qu’il ose parler.

Quand on est traîné en justice pendant plus de 10 années, par définition on perd tout ce qui fait que la vie mérite d’être vécue : Patrick de Fayet, ex-Directeur Général d’UBS en France dont la responsabilité dans le scandale d’évasion fiscale est claire en France, a trouvé un emploi dès qu’il a quitté UBS il y a 10 ans. Je n’ai jamais eu cette chance. J’ai aidé des fonctionnaires du Ministère des Finances pendant plus d’une année, je n’ai jamais été remerciée, rétribuée ni n’ai eu une proposition d’emploi.

Quand une mère de famille célibataire perd son emploi, ensuite elle perd son appartement et la garde de ses enfants. Il y a trois années, notre chienne a été empoisonnée dans notre appartement sans effraction juste après la publication des Panama Papers, dont beaucoup d’informations avaient attrait à des comptes offshore UBS.

Seules les dictatures séparent une mère de ses enfants.
Qui aujourd’hui voudrait vivre ma vie ?

Avec mon exemple comparé à celui de Patrick de Fayet, on comprend que les criminels sont intégrés dans la société et donc dans le monde professionnel. Est-ce là LE modèle pour lutter contre la fraude ? Est-ce que cela donne de la crédibilité à nos Ministres ?

La France est-elle pour ou contre la corruption ?

Madame Christine Lagarde était la Ministre des Finances en France lorsque j’ai dû aider son équipe des douanes. Comme vous le savez, elle a récemment obtenu une promotion et a déclaré à cette occasion qu’elle “attend plus d’éthique dans l’industrie financière”.

Monsieur Pierre Moscovici quant à lui a retiré l’île de Jersey et les Bermudes de la liste noire des paradis fiscaux lorsqu’il était à Bercy, il a même déclaré il y a quelques mois qu’il n’y a pas de paradis fiscaux en Europe avant de faire un rétro-pédalage.

Monsieur Michel Sapin a de son côté fait voter la loi Sapin II pour lutter contre la corruption et protéger les lanceurs d’alerte. Incapable de trouver une solution à ma situation, il m’a fait savoir que sa loi n’était pas rétro-active, puis que je n’étais qu’un témoin dans le dossier UBS.

Maintenant, l’administration dirigée par Bruno Le Maire et Gerald Darmanin refuse de m’appliquer la loi. Ils mentent tous. Pourquoi ? Comment les Ministres peuvent-ils jouer un mauvais jeu de pouvoir contre des citoyens honnêtes ? Est-ce que cela signifie qu’ils sont en faveur du “travail forcé”, ce qui est mon cas ? Est-ce que la France a l’intention de démotiver les gens honnêtes ? Jusqu’alors, les décisions prises sont en faveur de la corruption et contre le bien commun ; elles donnent un signal politique que l’on s’accorde bien avec le mensonge.

La France, le pays des droits de l’homme et pays fondateur de l’Europe a maintenant une image très faible sur l’échiquier international : des Gilets Jaunes molestés, des lanceurs d’alerte abandonnés, la violation des droits de l’homme etc. Pensez-vous que le fait que les Ministres et hauts fonctionnaires refusent d’appliquer la loi renforce l’image du pays de la liberté ?

Ouvrez les yeux SVP : ce n’est seulement que si les citoyens sont protégés, rétribués, remerciés lorsqu’ils font preuve d’exemplarité que NOUS VIVRONS DANS UNE MEILLEURE EUROPE. Nous avons tous besoin d’un changement d’état d’esprit car personne n’y gagne avec des pratiques cachées et de la corruption.

L’assassinat des lanceurs d’alerte en Europe affaiblit l’image de l’Europe.

Cependant, assassiner les lanceurs d’alerte en Europe est monnaie courante. Rui Pinto, le lanceur d’alerte des Football Leaks est en prison depuis plus de six mois au Portugal ; Yasmine Motarjemi et Rudolf Elmer sont en grand danger en Suisse depuis plus de 10 ans où aucune loi ne protège les lanceurs d’alerte et où les lanceurs d’alerte de la finance vont tous en prison ; Enrico Ceci en Italie n’a plus d’emploi depuis des années, Eileen Chubb a subi d’énormes représailles en Angleterre. Françoise Nicolas et moi-même en France sont les survivantes de politiciens corrompus. La liste est interminable.

C’est très bien que les lanceurs d’alerte de Novartis aient travaillé avec le FBI. J’espère qu’ils sont protégés et rétribués. L’un d’eux a dit que l’on ne fait pas cela pour l’argent mais pour avoir des pratiques plus éthiques – le message clair, je l’approuve totalement.

C’est une LECON pour nous tous ici en Europe : Personne ne sera jamais protégé tant que l’on ne comprend pas que les lanceurs d’alerte ne sont pas des citoyens qui veulent détruire leurs entreprises, mais des personnes qui aiment leurs métiers et qui veulent que l’image de leurs employeurs soient parmi les meilleures au monde, des entreprises qui offrent les meilleurs produits et services à leurs clients, une entreprise pour laquelle on est fier de travailler parce-qu’elle fait preuve d’exemplarité, de transparence, de valeurs et parce-qu’elle respecte ses employés et les traite bien.

Les Etats-Unis ont compris quelles mesures prendre bien avant le vieux continent et ils cueillent les fruits des informations qui leur sont fournies.

J’ai récemment lu dans le journal Les Echos un article intitulé : “La France doit montrer le chemin du nouveau monde”. Oui, elle le doit. Même Pierre Gattaz, Président du MEDEF a déclaré lors du Forum Economique International de St Petersbourg en mai 2018 que l’on “a besoin d’éthique en politique”.

Au Parlement Européen, le lieu où l’avenir de l’Europe est décidé, j’ai une question pour vous tous aujourd’hui : dans ce monde globalisé, avec une économie affaiblie et en danger dont les enjeux sont cruciaux, quand la France et l’Europe vont-elles comprendre que protéger leurs intérêts industriels et économiques ainsi que leurs citoyens devraient être la priorité numéro 1 ?

Merci de m’avoir écoutée.

Et si on renationalisait les autoroutes !

Voilà, la nouvelle est tombée : Les péages d’autoroute verront leurs tarifs augmenter de 0,85% à partir du 1er février 2020. Après la hausse de l’année dernière de 1,8% on arrivera donc à 2,5% sur deux ans.

Alors ? Me direz-vous, cette hausse est peut être nécessaire, les sociétés d’autoroute sont peut-être en difficulté financière et cette augmentation des tarifs est vitale pour elles. Non, et au contraire si l’on en croit “Auto plus” qui annonçait en février  que les bénéfices des sociétés d’autoroute étaient de 350.000 € de bénéfices par kilomètre !

De son coté, Hervé Maurey. Sénateur centriste déclarait en février 2019 sur Europe 1

« L’activité autoroutière représente 15% des activités de Vinci, mais 60% de leur profit. Le chiffre d’affaire des sociétés d’autoroute est de 10 milliards d’euros, et elles dégagent une marge brute de 73%. Ça n’a fait que s’aggraver au fur et à mesure des années. C’est scandaleux «« 

Alors, je ne reviendrais pas sur les raisons et les conditions du bradage des autoroutes françaises et le transfert de 9 000 kilomètres d’autoroutes au secteur privé sous le gouvernement Villepin. .. 

» Gilles Carrez étudie le sujet de près à l’époque. “L’État a fait une mauvaise affaire. Mais même à 20 milliards, c’est une mauvaise décision du point de vue de l’intérêt général.” Dans un rapport publié en 2009, la Cour des comptes estimait à 24 milliards d’euros la valeur globale des concessions privatisées (France inter Mars 2019). »

Il devient donc urgent de renationaliser les autoroutes et de faire en sorte, sinon de les rendre gratuit, du moins de diminuer d’une manière drastique les tarifs pour que les bénéfices ( 27 milliards d’euros de dividendes depuis 2006) profitent aux contribuables Français et non aux divers fonds de pension comme c’est le cas aujourd’hui.

Michel COLAS

A l’ombre des éoliennes !!

Notre pays est magnifique, nos campagnes superbes et si les touristes français et étrangers sont si nombreux à venir les découvrir, c’est pour la beauté de nos paysages multiples. Mais voilà depuis quelques années, les éoliennes sont arrivées, se multipliant et nous envahissant à marche forcée, détruisant notre héritage millénaire. Comment peut-on accepter des projets aussi incongrus que les 22 éoliennes devant la montagne Ste Victoire inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco ou des éoliennes pouvant dépasser la hauteur de la Tour Maine Montparnasse.

De quelques centaines il y a 10 ans, c’est plus de 25 000 qui sont attendues au total.

Ces monstres dont la plupart dépassent les 100 m de haut nous sont imposés en nous martelant en permanence que l’on pourra ainsi fermer des centrales nucléaires, que le vent est gratuit, qu’il n’y a pas de pollution et que cela va créer des emplois.

Reprenons point par point :

1/ Avez-vous vu des centrales nucléaires fermer depuis l’arrivée des éoliennes non car la production de ces éoliennes est incapable de remplacer la production massive, peu chère et sans gaz à effet de serre.

2/ le vent est gratuit : Oui pour les exploitants car pour les consommateurs c’est une autre affaire. En effet par décret du 10 février 2000, l’EDF est obligé d’acheter la production d’électricité par éolienne deux fois plus chère que le prix du marché. Conséquence, une taxe la CSPE, appelée taxe éolienne (que vous pouvez retrouver sur votre facture) est facturée à tous les consommateurs. Cette taxe représente désormais au moins 20% de la facture annuelle !

3/ Ca va créer des emplois… Ah vous avez connaissance d’un nombre significatif de personnes en France travaillant dans le milieu éolien ?

Alors, me direz-vous, nous avons peut être un besoin impératif du courant éolien ? La réponse est non, puisque nous exportons notre surplus à l’étranger. Alors que reste-il comme argument : un produit écologique ?

Bon, la durée de vie d’une éolienne est de 20 ans maximum et une fois l’exploitation achevée, l’exploitant est responsable de son démantèlement et de la remise en état du site. Mais lorsque l’on sait que pour une éolienne de taille moyenne on utilise 1500 tonnes de béton et 40 tonnes de ferraille, j’ai du mal à l’imaginer en train de se soumettre ses obligations. C’est donc une France défigurée qu’ils vont nous laisser. De plus, savez-vous que les pales défectueuses de ces monstres en fibre, sont non recyclables à ce jour et doivent donc être enfouies dans le sol : donc pollution supplémentaire.

Enfin pour terminer, parlons des nuisances pour les résidents proches d’éoliennes car outre le côté visible, on a une nuisance financière ( les maisons à proximité d’éoliennes perdent entre 25 et 35 % de leur valeur) mais aussi des problèmes récurrents avec l’effet stroboscopique  car « Si vous habitez très près d’une éolienne, vous vous sentirez gêné, de temps à autre, lorsque ses pales traversent la lumière du soleil, la coupant en morceaux et provoquant ce que l’on appelle un effet stroboscopique. … L’effet stroboscopique pourrait aussi provoquer des crises d’épilepsie »

Mais aussi les basses fréquences émises qui, selon certains témoignages sont nuisibles à la santé des riverains et des animaux, sans oublier l’éclairage nocturne obligatoire en haut des éoliennes pour sécuriser le trafic aérien.

Mais voilà, depuis quelques temps sont arrivées également  les éoliennes maritimes.

Je ne reviendrai pas sur les nuisances spécifiques à ce type d’implantations et aux conséquences graves sur la vie marine, mais alors que la France possède un espace maritime de premier ordre, pourquoi aller le dégrader ainsi, car si l’on nous annonce leurs implantations à « bonne distance » des côtes, elles sont visibles non seulement par les bateaux navigants à proximité mais également par les résidents côtiers et les touristes  qui ne viennent pas en France, à priori pour contempler des éoliennes. La pollution visuelle est donc présente aussi bien sur terre qu’en mer.

En conclusion, il est impératif de mettre fin à l’implantation d’éoliennes en France, car au-delà des nuisances en tout genre c’est notre patrimoine touristique et culturel qui est abimé et dévalorisé pour toujours par ces géants qui ne sont là que pour l’intérêt de quelques-uns. Mais pour cela il nous faudra combattre les lobbys en la matière,  non seulement très puissants mais qui n’hésitent pas aussi à utiliser parfois la corruption pour arriver à leur fin.

Michel COLAS

Publié le 12/11/ 2019 sur Debout la France